Selected Practices
Seismic vulnerability assessment of a key health facility

in the former Yugoslav Republic of Macedonia (EURO)

This report has been developed with the assistance of the Institute of Earthquake Engineering and Engineering Seismology to promote the health facility seismic vulnerability evaluation method (HVE method) through the assessment of a key health facility in The former Yugoslav Republic of Macedonia.

Read the document

 
Pakistan: Mieux reconstruire

L’événement qui a suscité l’action

Un tremblement de terre d’une amplitude de 7.6 a secoué une grande région d’Asie du sud un matin du 8 octobre 2005, affectant certaines localités en Afghanistan, en Inde et au nord du Pakistan. L’épicentre du séisme se situait à 95 km au nord-est de la capitale Pakistanaise, Islamabad. En quelques secondes, 85% des infrastructures dans des villes comme Balakot étaient détruites. D’autres villes comme Muzaffarabad, la capitale du Kashmir,  ont perdu entre 40% à 50% de leurs immeubles et bâtiments. Des ondes de choc puissantes ont menacé les structures déjà endommagées par le séisme initial.

Lire la suite...
 
Nepal: Sensibilisation déclenche une action dans un hôpital

Evénements ayant suscité une action

Le Népal est un pays très vulnérable aux catastrophes, particulièrement les tremblements de terre qui ont fait plus de 11.000  victimes rien qu’au 20ème siècle. Les données disponibles suggèrent que les séismes de l’amplitude de celui de Great Bihar en 1934 surviennent approximativement tous les 75 ans et bien que ceci ne soit qu’une estimation, il faut s’attendre donc à un séisme aux effets foudroyants dans un avenir lointain, voire même proche. Une telle perspective est particulièrement inquiétante d’autant plus que le Plan d’action pour la gestion des risques de la Vallée séismique de Katmandu suggère que si l’on enregistre encore les mêmes secousses que celles de 1934, il y a des craintes que 60% des bâtiments seront sérieusement endommagés aujourd’hui.

Lire la suite...
 
St. Kitts & Nevis: Garantir les normes de construction

L’événement qui a suscité l’action

Les citoyens de la petite nation de St. Kitts et Nevis dans la partie orientale des Caraïbes ont eu un  sentiment de déjà vu en se réveillant le 21 septembre 1998 pour faire le bilan des dégâts causés la veille par l’Ouragan Georges. Des toits emportés et des bâtiments de l’hôpital Joseph N. France détruits. Le toit du laboratoire était arraché et les services auxiliaires tels que les installations d’entreposage, la buanderie et le département de fourniture des équipements stérilisés étaient tous détruits. 90% des structures hospitalières étaient hors d’usage. Avec ses 174 lits, l’hôpital de Joseph N. France est l’unique centre hospitalier de recours dans toute l’île, desservant une population de 33,000 habitants à St. Kitts et 9,000 habitants à Nevis.

Lire la suite...
 
Non-structural vulnerability assessment of hospitals in Nepal (SEARO)

The report outlines the possible extent of non-structural damage to nine hospitals in Nepal in case of moderate to large-scale earthquakes. It also outlines very practical and easy to implement mitigation measures, many of which the maintenance sections of the hospitals can carry out and at low cost.

Read the document from SEARO website

 

 
Grenada: Plus sécurisation des hospices pour personne âgées

L’événement ayant suscité l’action

L’ouragan Ivan a été l’une des tempêtes les plus violentes de l’Atlantique en 2004, atteignant parfois la catégorie 5, avec des vents d’une puissance de 248 km/h. Au moment où la tempête massive rasait les côtes de la Grenade, cette petite nation des Caraïbes, en septembre, la vitesse du vent était de 193 km/h, avec une pression de 30-60 pour cent plus grande que celle prescrite par le Caribbean Uniform Building Code (CUBiC). Heureusement l’ouragan Ivan se déplaçait à grande vitesse. S’il avait soufflé sur la Grenade, il y aurait eu davantage de dégâts et plus de précipitations.

Lire la suite...
 
Mexico: L’ “indice de sécurité des hôpitaux”

Evénements ayant suscité l’action

Comment déterminer le degré de sécurisation d’un hôpital ou d’une structure sanitaire en cas de catastrophes ou d’urgence? Et que signifie le terme “sécurisant” ?  Que faut-il faire lorsqu’un hôpital est jugé peu sûr? Pendant de nombreuses années, la question de sécurisation des hôpitaux en cas de catastrophes a fait couler beaucoup d’encre et suscité plus d’interrogations que de réponses.

La tâche d’élaboration des indicateurs, de fourniture de données de base et d’évaluation des progrès accomplis s’est également avérée ardue, vu la diversité, l’envergure, l’emplacement, les effectifs en personnel médical limités, la taille modeste du budget de fonctionnement et le degré de vulnérabilité face aux aléas naturels et aux crises. Etant donné que tous les hôpitaux ne sont pas exposés aux mêmes risques ni ne sont construits sur la base de techniques similaires, il y a lieu de prendre en compte toute une gamme d’éléments pour se faire une idée de la situation des structures sanitaires.

Lire la suite...