Votre contribution est souhaitable!

Impliquez-vous dans la Campagne mondiale!

Des hôpitaux et des structures sanitaires résilients sont considérés comme un droit universel. Ils appartiennent également à tous de veiller à leur sécurisation. Voici comment vous pouvez procéder pour les mettre à l’abri des catastrophes.

Gouvernements

  • Prendre l’initiative — en faire une priorité nationale
    Les gouvernements ont l’ultime responsabilité de la sécurité de leurs citoyens. Au  niveau national ainsi qu’au niveau des communautés, des villes et des municipalités, les enjeux des gouvernements sont assez importants lorsqu’il s’agit de veiller à la disponibilité des services sanitaires en cas de sinistre. Un solide engagement politique peut véritablement tout changer, que les hôpitaux soient sécurisés ou pas.

  • Le fait de créer un cadre dans tous les secteurs et au niveau des gouvernements, peut aider à rendre les hôpitaux et les structures sanitaires  résilients face aux aléas naturels
    La question des “Hôpitaux à l’abri des catastrophes” devra figurer clairement dans les priorités nationales et les politiques locales et impliquer toute une gamme de secteurs à l’instar de ceux de la planification, des finances, de l’environnement et des collectivités etc. Plus la participation est grande, plus important sera l’engagement national.

  • Formuler, voter et mettre en application une législation ou des codes du bâtiment qui protègent particulièrement les  hôpitaux
    Il ne suffit pas que les pays disposent simplement de codes du bâtiment qui prennent en compte les risques posés par les sinistres naturels. Ils doivent veiller également à l’application de ces codes. Il faudra pour ce faire, l’implication des décideurs et des législateurs de tous les pays du monde ainsi qu’une campagne de sensibilisation pour mobiliser l’engagement du public.

ONU, agences internationales et régionales et ONG

  • Mettre à contribution les mécanismes interinstitutionnels et les partenariats stratégiques existants
    La Campagne offre une opportunité pour les membres de la plate-forme mondiale de la SIPC pour la réduction des risques de catastrophes ainsi que toutes les autres agences,  d’entreprendre des activités susceptibles de contribuer à la mise en œuvre de l’objectif du cadre d’action de Hyogo, lequel vise à maintenir le niveau de fonctionnalité de tous les hôpitaux en cas de catastrophes.

  • Mettre en lumière les questions transversales inscrites à l’ordre du jour des réunions des agences ou des rencontres régionales
    La dernière décennie a connu un mouvement ascendant en matière d’implication des agences régionales et internationales dans tous les aspects de la gestion des urgences — depuis la prévention des risques et l’alerte précoce, jusqu’aux interventions humanitaires. Les agences et ONG devraient s’efforcer d’intégrer les risques sanitaires dans ces initiatives.

  • Collecter, échanger et diffuser les bonnes pratiques
    Identifier le créneau spécialisé  de votre agence ou ONG au sein  de cette Campagne et échanger  vos connaissances et  expertise.

Institutions sanitaires et personnel médical

  • Participer aux efforts des plates-formes nationales pour la réduction des risques de catastrophe
    Le secteur de santé devra jouer un rôle proactif au sein des plates-formes nationales pour la réduction des risques de catastrophes ou des mécanismes similaires de coordination.

  • Devenir des agents de réduction des risques de catastrophe
    Une connaissance profonde de son propre environnement de travail peut aider à mettre les hôpitaux à l’abri des catastrophes. Les plans relatifs aux hôpitaux sont l’affaire de tous  et chacun doit contribuer à leur élaboration.

  • Rechercher des opportunités pour mettre à jour les compétences et connaissances
    Les agents de santé et tout le personnel médical — des grandes structures aux plus petites — doivent constamment actualiser leurs connaissances et compétences sur les aléas et la réduction des risques de catastrophe dans le but de renforcer leur rôle de chef de file dans les situations d’urgence.

  • Encadrer la génération future des agents de santé
    Dans le  secteur de la santé, la réduction des risques de catastrophe reste encore  un concept peu familier. Planifier les communications avec l’aide des universités, des associations de professionnels et d’autres partenaires dans le but de sensibiliser l’opinion aux questions de sécurité des structures hospitalières face aux catastrophes.

  • Organiser la couverture médiatique au sein et en dehors des hôpitaux et autres structures sanitaires

Communauté des bailleurs

  • Voir dans quelle mesure les projets de développement financés par les bailleurs peuvent contribuer à la promotion de l’objectif d’hôpitaux à l’abri des catastrophes
    La communauté des bailleurs internationaux peut financer des activités permettant de protéger les infrastructures hospitalières des conséquences inévitables des catastrophes — ce qui est fondamental pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le  Développement.

  • Rechercher les voies et moyens d’intégrer la réduction des risques sanitaires dès la phase de conception des projets
    Autant la dimension transversale du genre est intégrée dans toute une gamme de projets, autant il faut également intégrer les questions liées à la sécurité des hôpitaux face aux catastrophes au sein d’autres projets de développement.

  • Faire en sorte que le concept “d’hôpitaux à l’abri des catastrophes” fasse partie intégrante d’un plus grand programme de prévention des catastrophes et de développement

Universités, écoles et associations professionnelles

  • Mettre au point des modules ou des programmes d’enseignement à l’université et dans des écoles de formation professionnelle, susceptibles de contribuer à la sécurité des hôpitaux
    Réviser et apporter des changements aux programmes scolaires et universitaires actuels. Un programme particulièrement indispensable et susceptible de pérenniser ces initiatives est celui qui porte sur l’élaboration et la prestation des cours dans le cadre de la formation continue, des programmes d’accréditation et qui appuie les  publications techniques.

  • Agir en qualité  de dépositaire d’expertise
    Les universités, ainsi que les associations professionnelles d’ingénieurs, d’architectes, d’infirmiers/infirmières, de médecins… disposent de vastes connaissances et d’expertise. Contribuer au renforcement de la base des connaissances ou au système de gestion des connaissances en collectant et en échangeant systématiquement des connaissances avec les centres d’information établis. Ce faisant, il serait possible d’élaborer un manuel de planification à l’intention des pays qui présentent le même profil de risques et disposent de ressources similaires.

  • Encourager des innovations et des conceptions d’avant-garde
    Les associations, les institutions professionnelles et universitaires peuvent également promouvoir des innovations et autres conceptions d’avant-garde, en encourageant les pays à expérimenter continuellement de nouvelles interventions en vue d’améliorer la  performance des structures sanitaires.

  • Publier des articles dans des revues scientifiques et des monographies
    Encourager la recherche en vue de déterminer la portée du problème et la rentabilité des initiatives visant l’introduction des mesures de réduction des risques de catastrophe.

  • Contribuer à la mise au point et à la révision périodique des normes nationales du bâtiment